© Jean-Luc Deconinck

Site créé par DIGITALE 19

  • jldeconinck

AQUATHÉRAPIE

Mis à jour : 25 juin 2019

l’aquathérapie


L'immensité océanique reste une source d'effroi. L'eau et les profondeurs peuvent alimenter les pires angoisses.


Et il y a aussi les reflets et les perspectives qu'offre l'élément liquide.


Nous y bénéficions d'une fluidité aquatique.

« Les émotions et les vécus corporels de ses patients vont résonner avec plus ou moins d'intensité selon qu'il est à l'écoute de ce qu'il vit lui-même (ou a vécu) dans l'eau. Emmener un patient à la piscine va créer un effet de surprise pour nous comme pour lui, et c'est de notre acceptation de la surprise..., que va se tricoter une histoire commune ayant pour fil, l'eau... L'eau  va être une matière qui va donner forme à ce temps passé ensemble...Le son sous l'eau nous remplit et résonne dans notre corps et dans notre tête. L'écoute de la voix "aquatique" de l'autre nécessite notre silence (c’est-à-dire l'apnée, l'attente...) Les situations de relaxation dans l'eau vont particulièrement favoriser les sensations de la peau. La peau du bébé est une antenne qui détecte, qui écoute et est d'une sensibilité remarquable...Le travail dans l'eau nous interroge souvent sur la dimension symbolique de l'expérience du « être ou avoir été porté». « C’est dans l'expérience d'un accompagnement corporel, d'un portage dans les mots comme dans les bras, situation  possible dans l'eau, que le fantasme traumatique du trou qui engloutit, du corps qui se liquéfie, de l'eau qui rentre partout au risque de faire disparaître le corps, peut laisser place à des sensations d'un autre ordre: détente du corps, plaisir de la sensation, investissement du jeu, éprouvé d'une enveloppe corporelle contenante. » (Potel, 2014).


L'eau fonctionne comme une caisse de résonance des troubles.


Vivre un changement peut signifier sentir nouvellement sur la peau des sensations, des émotions uniques.


Le plus délicieux des plaisirs, tantôt en dessous de l'eau, comme à la surface. Vivre plein d'émotions nouvelles en totale sécurité.

Cet élément eau possède effectivement un effet loupe. L'eau devient alors à la fois l'exutoire et le contenant en ce sens qu'il permet à l'émotion de sortir, de s'exprimer et aussi propose le cadre sécurisant.


L'immersion complète, aller "sous l'eau", peut renvoyer à des images angoissantes. La capacité du thérapeute : à accepter de se prolonger dans les eaux troubles ou limpides de son intimité avec l'eau, est essentielle.


L'eau est mon élément.

L'eau devient un vrai médiateur.


Être à sa place ou plutôt vivre sa place c'est un état d'esprit. C'est me sentir à ma place à chaque endroit où je suis.


-La reconstruction peut alors être une partition subtile, des récits subtils qui font du sens.


Pour faire surgir le sens, les mots et les images qui suscitent les rêves sont importants.


Puis peaufiner son ancrage.


Car lâcher, peut être juste remettre une couche de peinture sur un mur où il y a des infiltrations.


Et de même la fragilité psychologique est souvent derrière la performance physique.


Or la confiance, au contraire, c'est examiner la situation, devenir conscient.


Réf. : POTEL C. Le corps et l'eau, une médiation en psychomotricité, Eres, 2014.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now